FOCUS // LE RETOUR DE PLASTIKMAN

Le Dinosaure

21 ans de carrière, 6 albums, 1 maxi, un gros paquet de concerts, festivals et autres représentations en tout genres. On peut le dire, rien que sous le pseudonyme de Plastikman, Ritchie Hawtin nous en met plein la vue. Précurseur de la scène minimale de la côte-est des Etats-Unis, il est rapidement devenu un incontournable du genre. Basé depuis à Berlin, il continue de nous faire rêver par ses diverses représentations. Autopsie de la bête.

Ce qui naitra de cette année 1993 marquera à tout jamais la scène minimale. Ritchie Hawtin réalisera son premier maxi Spastik dont il tirera son pseudonyme. Un peu plus tard il produira Sheet One, son premier album. Sur la pochette on retrouve cet énigmatique qu’il arborera fièrement comme signe de ralliement. Directement inspiré de buvards de LSD qu’il consommait avec abondance.

On se fait une petite idée sur le type de son qu’on peut y trouver: très répétitif, assez primitif, ce qui lui vaudra quelques critiques des culs-coincés de l’époque qui estimaient que ce courant était tout ce qu’il y a de plus ephemère. Vous nous en direz tant… On en gardera quelques bons souvenirs tels que « Plasticity«  ou encore « Helikopter« . L’album est sorti sur le label Plus 8créé quelques années plus tôt par Ritchie et un de ses amis. La légende est née.

[youtube_sc url= »https://www.youtube.com/watch?v=eSCcnrSnXFY&feature=kp »]

Il reviendra l’année suivante avec Musik, toujours sur son label. Rien de particulier à dire sur cette sortie mise a part le côté expérimental bien plus poussé, on y retrouve quelques bases du courant de l’époque. Fortement déconseillé aux épileptiques et aux femmes enceintes.

1998 reste une année assez forte pour l’artiste, deux albums, Artifakts (BC) et Consumed, sortis chez Minus Inc. le nouveau label créé cette année là par Ritchie. Coté son on se rapproche de la vérité: des sons bien plus audibles que pour la sortie précédente. Son style s’affine même si pour l’époque ça reste du son d’avertis, assez planant par moment.

[youtube_sc url= »https://www.youtube.com/watch?v=ECiBbb-RrlY »]

2003– Closer. Bon là on y est, LE Plastikman qu’on connait tous. Toujours très minimaliste mais bien plus affuté que tout ce qui a pu être fait jusque là. On arriverait presque à écouter ça à jeun en plein après-midi. Presque.

Et plus rien pendant 11 longues années… Jusqu’à avant hier, EX la dernière sortie de l’artiste était attendue avec impatience par les fans. Il reste dans la lignée qu’il su se construire au fil des années à arpenter les bas-fonds des clubs du monde entier. Plastikman a aussi prévu un tout nouveau live pour l’accompagner. Nous somme prêts à parier qu’il sera inspiré de son set au musée Guggenheim de NY auquel il avait été invité par la prestigieuse maison Dior en novembre.

Finalement après 11 ans d’attente, Plastikman fait du Plastikman et rien de plus. Nous aurions pu nous attendre a une petite évolution de la part de Richie, surtout avec les multiples projets qu’il a monté depuis 2003. Donc un album toujours dans le même registre, sans véritable audace mais qui se laisse écouter.

[youtube_sc url= »https://www.youtube.com/watch?v=fDBcxEMHNMs »]


Tracklist:

01 – EXposed
02 – EXtend
03 – EXpand
04 – EXtrude
05 – EXplore
06 – EXpire
07 – EXhale




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre