tumblr_n4hu8ujXzE1ts194uo1_500

WELCOME TO BOOTEE WORLD

La mode aussi regorge de talents dont on ne parle pas… Véritables hommes de l’ombre ces créateurs bouleversent les codes pour se réaproprier un univers rongé par le « déjà-vu ». L’un d’entre eux a su m’intriguer avec ses pièces acidulées aux références japonisantes et géométriques, un savoureux mélange d’insouciance et de passion. Je suis donc allé à la rencontre du personnage qui se cache derrière la planète Bootee, nouvelle griffe de tee-shirt hand-made qui respire l’amour.

Salut Paul ! Started from the bottom now you’re here comme dirait l’autre, parle nous de ton parcours…

Je viens de Châlons en Champagne en Champagne Ardenne à côté de Reims et je suis arrivé sur Paris à l’âge de 17 ans pour faire l’école Boule pendant deux ans. Puis j’ai suivi une formation pour devenir ébéniste, une formation pro, donc tous les jours entouré d’adultes qui t’apprennent le métier. J’ai commencé à bosser en tant qu’ébéniste dans un petit atelier du 19eme et il y a 8 mois maintenant, j’avais envie de me lancer dans la création, j’étais attiré par le milieu des sapes, de la mode, j’ai donc décidé de créer ma marque.

Mais ça semble être plus un hobby pour toi qu’un métier à part entière…

À la base c’était plus un passe temps pour le plaisir, je sortais du taff, j’avais envie de faire autre chose donc je me mettais à créer et réaliser mes t-shirts. Et ça a beaucoup plu  dès le début, je prend les choses plus au sérieux maintenant et ça devient réellement un métier.

Avant de te lancer, tu maîtrisais déjà la peinture, le graphisme? 

Non pas vraiment, j’ai toujours aimé dessiner, mais je ne touchais pas à la peinture ou au graphisme. En fait je fais surtout beaucoup de dessins techniques, industriels depuis longtemps, ce qui se ressent d’ailleurs sur certains de mes t-shirt.

Quelles sont tes inspirations?

En fait je m’inspire d’un peu tout et n’importe quoi. Je fonctionne pas mal à l’instinct, mes réalisations sont super spontanées, quand je trouve quelque chose d’intéressant je me lance directement dans la création.

Mais tu sembles avoir un univers très créatif, tu penses pouvoir t’exprimer à 100% à travers ton métier d’origine?

Dans mon métier actuel, c’est évident que je ne peux pas m’exprimer comme je l’entends mais par la suite je voudrais créer mon atelier et faire du mobilier comme si je créais mes t-shirts.

Quelle est ta vision de la mode aujourd’hui, comment te projettes-tu dans cet univers?

Pour être honnête, moi je m’en fous un peu des dictats et des attentes, je fais avant tout ça pour moi, c’est vraiment un plaisir, après bien sur que l’objectif est que ça plaise, mais je m’épanouis plus dans la création que dans la reconnaissance.

Pourquoi le nom BOOTEE ?

C’est un jeu de mot entre « my boo », mignon, et le « tee » de T-Shirts !

Comment est né Bootee?

À la base j’ai créé Bootee avec une amie styliste, on trouvait intéressant de travailler ensemble en mélangeant nos univers et notre savoir. Le projet a pris une ampleur à laquelle on ne s’attendait pas du tout et elle est partie, mais j’ai décidé de poursuivre l’aventure bien accompagné puisque Adeline assure le marketing, nous avons un RP et Kevin m’accompagne sur la partie graphisme, nous sommes quatre en tout.

Et dans cette dynamique, envisages-tu d’élargir ta gamme de pièces?

Yes j’y pense bien sur. J’aimerais travailler sur des kimono avec des motifs peints à la main dessus, sur des boubous aussi, mais ça viendra par la suite, je manque de temps…

Après en terme de réalisation pour l’instant je bosse avec la famille, on verra plus tard pour les collaborations.

Peux-tu nous en dire plus sur la création et la production de tes pièces ?

Je travaille essentiellement avec des patrons de t-shirt blanc sur des planches, ensuite à partir d’un moodboard je gribouille et créer mes motifs dans un carnet jusqu’à trouver celui qui me plaît vraiment. Je vois vraiment mon t-shirt comme une toile alors que je n’ai jamais fait de peinture, mais je prends mon t-shirt vierge et je peins comme si c’était une toile. Puis c’est du one shot je trace mes motifs, je peins et repasse la pièce. La réalisation peut prendre jusqu’à 6h de travail pour les plus grosses pièces.

Quelles sont tes contraintes aujourd’hui ?

Je dirais le temps essentiellement. Après je respecte un planning établi, ça dépend également des commandes, mais il y a des périodes de rush extrême notamment pour le réassort d’un shop qui distribue la marque.

Tu distribues sur Etsy, peux tu nous parler de cette plateforme?

Ça m’a permis de décoller en fait, il y a des évènements presse organisés qui nous ont offert pas mal de visibilité avec des parutions. J’ai été sélectionné par Etsy parce qu’il y a peu de créateurs homme sur le réseau, et on ne sait pas comment, mais la page attire un grand nombre de visiteurs quotidiens. Ce qui est vraiment intéressant, c’est de pouvoir communiquer avec tes clients, il y a un retour de leur part, ils peuvent te noter aussi.

Et justement, comment fais-tu connaître Bootee?

On a organisé des pop-up stores, qui ont plutôt bien marché, les gens étaient vraiment enthousiastes, puis ça permet de lancer le bouche à oreille. On utilise pas mal les réseaux sociaux, mais ce qu’on préfère c’est aller à la rencontre des gens sur des salons ou autres event. Ensuite notre RP se charge des parutions et interviews avec les blogs et magazines, c’est vraiment rare qu’il démarche qui que ce soit, les bloggers ou journalistes viennent généralement vers nous de leur plein gré, on a d’ailleurs eu une parution dans un GQ à l’étranger.

Un conseil pour les jeunes créateurs?

Ne pas être seul ! Et d’avoir le temps surtout, il faut donner de son temps tout en prenant du plaisir. C’est important de bien être entouré, accompagné de personnes sur qui l’on peut compter.

Quels sont tes projets ? 

Idéalement, ce serait d’ouvrir mon atelier et d’allier mes deux activités, créer un shop combinant du prêt à porter et des meubles issus de mes créations.

PORTRAIT CHINOIS

Si tu étais un objet ?

une aiguille à tatouer

Si tu étais un plat ?

un butter chicken !

Si tu étais une boisson ?

Jack Daniels sans hésiter…

Si tu étais un magazine ?

Playboy 😉

Une citation ?

Midi moins le quart, c’est l’heure du ricard !

Si tu étais une saison?

Le printemps

Si tu étais un animal ?

Un chat

Si tu étais une track ?

Out Like That – Rich Homie Quan & Gucci Mane

Si tu étais une couleur ?

Noir

Si tu étais une légende, un personnage ?

Gohan

 Si tu étais un film ?

La tour Montparnasse infernale

Si tu étais une cereale ?

Cheerios

Si tu étais une ville ?

Los Angeles

Si tu étais un artiste?

Martin Margiela

Si tu étais un musicien ?

Gucci Mane

Un mot de la fin ?

J’ai oublié de donner à bouffer au Furby

RENDEZ VOUS SUR LE BOOTEESHOP !