[CONCOURS ET PLAYLIST] WEATHER SUMMER, UNE SOIREE ET 16 ARTISTES DE RENOM

C’est reparti pour un tour. Après nous avoir régalé lors du Weather Festival qui a eu lieu en juin dernier, la techno jouera les prolongations le samedi 12 septembre, avec un line up des plus alléchants. Un plateau d’enfer dans un lieu qui a déjà fait les frais des fanas de bonne vibes lors du premier Weather Winter. De quoi clôturer l’été en beauté, avant de retomber dans le train train du quotidien.

2 warehouse + 1 open air

Les festivaliers assidus pourront (re)découvrir un lieu gigantesque avec trois scènes orientées Techno et House. Niveau programmation nous aurons le plaisir de retrouver Dave Clark qui se faisait rare à la capitale. De quoi taper des pieds bercés par ses productions à 150 BPM et aux influences dark technos bien assumées. Le Weather réussi encore une fois à entremêler parfaitement têtes d’affiche « accessibles » avec des artistes très prometteurs.

C’est le cas de Paul Ritch bien connu pour son hit « Run Baby Run » sorti sur Drumcode qui partage l’affiche avec UVB, étoile montant de la scène underground. Il a notamment fait ses armes chez le très bon label MORD. Nous retrouverons l’excellent Tommy Four Seven aux côtés du groove minimaliste et ravageur de Rebekah. La boucle ne serait pas bouclée sans la présence de Manu Le Malin aka The Driver qui se produira avec Electric Resucue. Un sacré événement pour un duo tout frais né cette année. Cette collaboration étant surement née après plusieurs années de complicité en terre de Brest lors du fameux festival Astropolis.

Pour ceux qui n’aiment pas trop la baston de la warehouse 1, rendez vous dans le second hangar. Ici la House règne en maître. Aux commandes le doyen Carl Craig, véritable doyen de la scène de Détroit qui grandi aux côtés de Derrick May, Juan Atkins et Kevin Saunderson. Ses productions aux influences très portées sur le jazz font fureur depuis ses débuts en 1990. Un autre pilier de la house originaire de Détroit a marqué son époque et montré le chemin à bien des artistes. Il s’agit de Delano Smith. Influençant notamment Derrick May, il s’initia au Djing bien avant lui. Ses premiers morceaux ont vu le jour en 2002 et sa House stratosphérique apporta énormément au mouvement.

Aux côtés de ses cadors Lazare Hoche fait figure de petit poucet. Pourtant déjà booké lors de Weather Festival de cet été aux côtés de Samuel Andre Madsen et de Malin Génie, il possède tous les traits dignes des grands. Sa fructueuse carrière a commencé en 2011, inaugurant son label Lazare Hoche Records du même coup. Véritable super sub de la scène house française, il doit sa réputation à une culture musicale pointue et à des sets rafraîchissants. S’il y a bien un artiste que l’on a plaisir à écouter c’est bien Levon Vincent. Depuis plus de 15 ans ce New- Yorkais d’origine oscille entre House et Techno et entremêle les genres. Résultat ses galettes s’arrachent pour des prix indécents sur Discogs. Pour compléter ce line up déjà bien alléchant l’équipe du Weather a invité Phuture. Le groupe fondé par DJ Pierre (interview à venir dans peu de temps), Spanky et Herb à Chicago est à la source du mouvement Acid House. Après 30 ans d’absence ils se reforment pour une performance unique.

Ceux qui sont allé au Weather Winter seront unanimes sur une chose. Dans les hangars il fera chaud, très chaud. Du coup un instant en Open Air s’imposera. Plutôt intéressant étant donné que Barac, viendra présenter pour la première fois son live en France. Le roumain connu pour être la moitié du groupe Noidoi est un digne représentant de scène roumaine.

Pour gagner tes places: 

– Like cette publication 

– Envoie ton nom et ton prénom ICI avec comme objet WEATHER SUMMER 2015

Oscillant entre House Deep et minimalesque sa musique fera surement écho chez les fans de RPR Soundsystem. Il ne sera pas le seul à câliner les raveurs acharnés. Chris Carrier, que certains connaissent par sa signature chez Robsoul, est un artistes au talent fou. Le français a plus d’une centaine de productions à son actif et a collaborer avec Chez Damier et Appolonia. Mais ses deux artistes ne sont « qu’un » amuse bouche à côté du live house de Detroit Swindle. Véritables électrons libres, il se sont imposés très vite comme l’une des référence de la scène internationale en la matière. Un talent qui ne tient pas de la rumeur tant leurs 8 maxis consécutifs ont contribué à faire danser nombre de fêtards avides de groove brut.

Les producteurs français ont la cote et Brawther en est un exemple frappant. Expatrié de l’autre coté de la Manche, il y a monté le projet Dungeon Meat avec Tristan da Cunha. Signés pour leur première release sur le label de Jeremy Underground (My Love is Underground) ils avancent peu à peu vers une reconnaissance mondiale. Pour cloturer ce plateau le Weather a programmé les mysterieux trio berlinois Italojohnson. ceux ci maintiennent un anonymat total et ont monté leur label dans le seul but de rester libre dans leur processus de création. Le constat est sans appel : nombre de leur track sont playlistés partout et un nombre incalculable de hit sont sortis de leur studio. Efficacité.

Suite et fin ? 

Vous l’aurez compris le Weather met une fois de plus les petits plats dans les grands avec un line up éclectique. Continuant leur démarche de démocratisation des musiques électroniques, ils apportent une pierre supplémentaire à l’édifice de sensibilisation qu’ils ont à cœur de diffuser dans toute la France. En seulement quelques années ils ont bâti un empire qui prend de plus en plus d’ampleur. Certains diront que populariser le mouvement le vide de son essence, d’autres que Paris en avait besoin pour rayonner de nouveau en Europe. Nous, nous continuons à suivre écouter et partager. Groove BB.




Il y a 4 commentaires

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire